Brownfield in City of Vancouver, Canada.

Brownfield in City of Vancouver, Canada.

12th International Conference on Urban History
European Association for Urban History (EAUH)
Nova University of Lisbon, Portugal
03-06 September 2014
http://www.eauh2014.fcsh.unl.pt

Session Organisers/ Responsables de la session:

Christoph Bernhardt (Germany) – Leibniz-Institute for Regional Development and Structural Planning (IRS) christoph.bernhardt@alumni.tu-berlin.de
Michèle Dagenais (Canada) – Université de Montréal michele.dagenais@umontreal.ca

(la version française suit)

Urban “wastelands” have emerged in the context of different historical situations such as dumps, brownfields, no man’s lands, polluted lands, etc. The notion of urban areas associated with “wasteland” has often reflected major shifts in land use as well as social change. This concept has also been used in order to disregard certain urban areas or to devalue their use by local people in the context of colonial cities for instance. Up until now, scholars have mainly looked at some sub-categories, such as brownfields, and often neglected re-appropriations and rehabilitation of former “wastelands.” One major goal of the session is to discuss the contexts in which urban land became “useless” in different historical periods and interpret these situations within the long-term development of urban spaces. De-industrialization and economic decline, migration of businesses and of the urban population, shifts in the cost of land, natural disasters and wars are amongst the main triggers in the emergence of “wasteland.” Is it possible to reflect on a conceptualization that would allow us to better understand the constitutive processes of this type of space and the urbanistic, environmental, social, and other issues that are associated with it?

The second main objective of the session is to demonstrate and reconstruct the new uses that this type of land attracted, such as housing, gardening, informal playgrounds, as well as illegal activities and invasions of plants and animals. Attention will also be given to the interventions of public administrations, such as town planning and police operations and the struggles that conflicts of interests between residents and administrations have provoked. The session will focus on the 19th and 20th century and current research from different parts of the world in order to build a comprehensive concept of the processes of emergence and appropriations in various historical contexts.

Potential themes of papers are: The emergence of “wastelands” in shrinking cities of the pre- and the post-industrial period; Governing urban “wastelands” after natural disasters; Squatting “wastelands” as a political strategy in European and American cities of the inter-war period; Urban wastelands in socialist cities; Appropriating wastelands by guerilla gardening, etc.

– – –

La formation de terrains vagues en milieu urbain résulte d’une variété de circonstances historiques comme en témoignent les diverses expressions employées pour les définir : friches industrielles, no man’s land, décharges, terrains vacants, sites dégradés, etc. La désignation même de territoires urbains comme terrains vagues atteste bien souvent de changements survenus dans l¹utilisation du sol ou de transformations sociales importantes. Il arrive aussi que la notion de terrain vague soit employée de manière stratégique afin de disqualifier certains secteurs urbains, par exemple pour dévaloriser leurs usages par les populations locales dans le contexte des villes coloniales. À ce jour, les chercheurs qui se sont intéressés à ce type d’espaces ont surtout travaillé à cerner les conditions de leur formation, s’interrogeant plus rarement sur les dynamiques de réappropriation ou de réhabilitation des terrains vagues. Un des principaux objectifs de la présente session est de mettre au jour les processus ayant conduit à disqualifier certains espaces urbains et à les considérer comme étant inutiles ou inutilisables dans différentes périodes historiques, et d’interpréter ces situations au regard du développement à long terme des espaces urbains. Désindustrialisation et déclin économique, migration des entreprises et de la population urbaine, changements dans la valeur des terrains, catastrophes naturelles et guerres sont parmi les principaux facteurs propices à l’émergence des terrains vagues. Est-il possible de parvenir à conceptualiser cette notion de manière à dégager les processus constitutifs de ce type d’espaces, et les enjeux urbanistiques, environnementaux, sociaux qui lui sont associés ?

Le deuxième grand objectif de la session est de mettre au jour et de reconstituer les dynamiques propices à la réappropriation des terrains vagues et au développement de nouveaux usages tels le logement, le jardinage, les aires informelles de jeux et de sociabilité, mais aussi les activités illicites ou la reconquête par la flore et la faune. Une attention particulière sera également accordée aux interventions des administrations publiques, par l’intermédiaire de règlements d’urbanisme et d’opérations policières, et aux luttes que les conflits d’intérêts ont provoquées entre les occupants et les administrations. Notre appel invite les contributions portant sur les 19e et 20e siècles et sur différentes parties du monde afin d’enrichir la réflexion sur les processus de formation et d’appropriation des terrains vagues dans divers contextes historiques.

Parmi les thèmes possibles à aborder mentionnons : l’émergence des «terrains vacants » dans le contexte des villes en déclin durant les périodes pré- et post-industrielles; l’administration des terrains vagues urbains à la suite de catastrophes naturelles; l¹occupation informelle de terrains abandonnés comme stratégie politique dans les villes européennes et américaines de l’entre-deux-guerres; l’appropriation des friches urbaines dans les villes socialistes; les opérations de jardinage illégal ou le « guerilla gardening » sur les parcelles à l’abandon, etc.

– – –

Proposals (300 words abstract) and a short CV (1 page) may be submitted online via the EAUH 2014 website until October 15, 2013. Les propositions de communication (d’environ 300 mots) accompagnées d’un court CV (1 page) doivent être soumises d’ici le 15 octobre 2013 en utilisation le site web de la Conférence

Notification of paper acceptance/Notification de l’acceptation de la proposition : 15 December/ décembre 2013

Please feel free to contact one or both of us through e-mail if you need further details. N’hésitez pas à communiquer avec les organisateurs de la séance pour des précisions supplémentaires.

Christoph Bernhardt christoph.bernhardt@alumni.tu-berlin.de
Michèle Dagenais michele.dagenais@umontreal.ca

Michèle Dagenais
professeure
Département d’histoire
Université de Montréal
http://histoire.umontreal.ca/repertoire-departement/vue/dagenais-michele/